No-code/low-code mythe ou réalité ?

Depuis quelques temps les articles sur les concepts de No-code et/ou low-code ont envahi le net, nous avons donc mené notre propre étude à ce sujet afin d’en tirer l’éssentiel et presenter quelques solutions du marché.

Définitions et Concepts

Définitions

No-code

Le no-code est le concept permettant à chacun de créer des programmes informatiques à l’aide d’outils graphiques. La promesse est de permettre à des personnes non-techniques de créer des applications métiers sans écrire une ligne de code.

Low-code

Le low-code est le concept permettant à chacun de créer une partie d’un programme informatique à l’aide d’outils graphiques. Pour que la solution soit opérationnelle, un peu de « code classique » est nécessaire.

Fonctionnement

Les plateformes de No-code/Low-code fournissent des outils permettant de désigner une application et de gérer l’ensemble de son cycle de vie depuis sa création jusqu’à sa mise à sa mise en production et cela en garantissant sa disponibilité, sa fiabilité, sa sécurité et son monitoring.

Avantages

La mise en place d’une plateforme de No/Low code a plusieurs avantages pour accélérer sa transformation digitale et réduire le time to market. Voici les plus importants

  • Productivité et agilité : Augmenter la productivité et l’agilité en donnant plus d’autonomie aux équipes métiers sur certaines tâches et plus de temps aux équipes IT pour se concentrer sur les tâches à valeurs ajoutée nécessitant de l’expertise technique.
    • Exemple: il peut être pertinent de donner une autonomie complète aux équipes métier (marketing) dans la réalisation des Landing pages. Ainsi on donne plus d’agilité au métier et on réduit les coût et les délais en économisant les aller-retours avec l’IT.
  • Innovation : En réduisant le temps de développement et en favorisant l’agilité, les plateformes no/low code permettent de s’adapter très rapidement aux besoins et évolutions du marché et ainsi faire de l’innovation continue.
  • Répondre à la pénurie de développeurs : en démocratisant la réalisation d’applications auprès des profils non techniques, ces plateformes aident à faire face aux besoins grandissants d’applications et surtout au manque de compétences spécialisées.

Inconvénients

Ces plateformes ont quand même quelques inconvénients qu’il faut garder en tête.

  • Opacité : Le premier est celui d’opacité pour son utilisateur. En effet, l’utilisation de ces plateformes passent par des outils de modélisation et de déclaration qui masquent complètement les langages et infrastructures qui se cachent derrière.
  • Irréversibilité : Le deuxième point noire est celui de dépendances à la plateforme dans la mesure où la réversibilité n’est pas permise, donc si on doit changer de la plateforme, il faut recommencer à zéro.
  • Restriction : Le troisième inconvénient est le fait que les champs des possibilités se ne sont pas illimités. Contrairement au code classique où on peut faire un peu ce que l’on veut, le low-code se base sur des méta modèles et des abstractions qui peuvent, dans certains cas, montrer quelques restrictions.

Solutions du marché

Le mieux pour découvrir les solutions d’un marché est de jeter un œil a l’étude de Gartner. Cette dernière sélectionne en général les fournisseurs qui ont déjà des parts de marché importantes et des revenus conséquents, elle n’est évidemment pas exhaustive et ne mentionne pas des solutions prometteuses à l’instar de Airtable (une licorne proposant une sorte d’excel en ligne), Bubble.io (spécialisé dans les applications web), Unqork (spécialisé en banques et assurances).

Pour vous aider à choisir la bonne solution, je vous partage le schéma ci-dessous que j’ai découvert sur le blog de stackify.com.

choosing a low code platform

Pour ma part je vais tester Microsoft Flow qui compose avec PowerApps et Common Data Service la solution Low-Code de l’éditeur Américain. Ce choix est dû tout simplement au fait que j’utilise déjà la suite Office 365.

Microsoft Flow

La promesse de Microsoft Flow est la suivante :

Vous souhaitez gagner du temps ? Laissez à Flow le soin de s’occuper des tâches répétitives qui ralentissent votre travail en connectant simplement les applications que vous utilisez déjà.

Je vais ici essayer de vérifier si la promesse peut être tenue facilement. Pour cela je vais essayer de « développer » un workflow qui va répondre à une problématique assez simple que nous rencontrons chez Accetal : chaque mois nous recevons un mail du comptable demandant l’ensemble des pièces comptables pour la déclaration mensuelle de TVA. Ce mail, qui souvent passe en dernier dans la liste de nos priorités, est suivi de plusieurs relances et cela n’est agréable ni pour nous ni pour l’émetteur.

J’imagine donc une application qui

  • Se déclenche à la réception du mail de l’expert comptable
  • Crée une archive des factures d’achat du mois
  • Crée une archive des factures de ventes du mois
  • Envoie un mail de réponse à l’expert comptable avec les 2 archives créées précédemment en pièces jointes.

Après une petite recherche dans Microsoft Flow, je tombe sur Générer un flux automatisé. J’en crée donc un que je nomme « Envoi pièces comptable »

et que je configure pour qu’il se déclenche à la réception du fameux mail de l’expert comptable en précisant les informations suivantes:

  • L’émetteur du mail
  • Le destinataire du mail
  • L’object du mail

Jusque là tout va bien. Mes difficultés commencent quand je cherche une action me permettant de créer une archive (un zip) à partir d’un répertoire. Au bout de quelques recherches je me rends à l’évidence que cette fonctionnalité n’existe pas et qu’il va falloir que je fasse autrement. Je décide de faire le tour des pistes et solutions de contournements qui s’offrent à moi.

  1. Utiliser un plugin externe : encodian met à disposition le plugin « ADD TO ARCHIVE (ZIP) » qui peut compresser jusqu’à 12 fichiers. En plus de cette limite technique, je n’ai vraiment pas envie de passer par une solution externe pour un besoin aussi simple.
  2. Envoyer un mail avec des liens de partage: cela revient à créer 2 liens de partage à inclure dans le mail (au lieu des pièces jointes)
  3. Utiliser une plateforme autre que Microsoft Flow

J’opte pour l’option 2 et j’adapte mon workflow :

  1. Créer un lien de partage des factures d’achat
  2. Créer un lien de partage des factures de ventes (en parallèle)
  3. Répondre à l’expert comptable avec un mail contenant les liens de l’étape 1 et 2.

Après avoir enregistré tout ce beau travail et afin d’être que cela fonctionne, je teste le flux via la plateforme qui propose de déclencher un nouveau test ou de rejouer l’une des exécutions précédentes.

Après quelques réglages j’arrive à obtenir un application fonctionnelle qui se déclenche à la réception d’un mail, puis envoie une réponse avec 2 liens pour télécharger les justificatifs.

Petite précision qui a son image importance, pour partager les liens avec des personnes externes a l’organisation, il faut s’assurer que le paramètrage dans SharePoint le permet

Conclusion

Ce que je retiens de ce premier contact avec Micorosoft Flow est que c’est super simple et rapide de créer un flux automatisant des tâches sans valeur ajoutée.  Malgré le manque de certaines actions basiques (ex: compresser un fichier) le catalogue est assez riche et varié.

API + Low Code = Innovation accélérée

Nous avons tous entendu parlé de la « startup nation » chère au président et l’écosystème entrepreneurial français s’enrichit de jour en jour avec de nouvelles startups. L’explosion du nombre de ces dernières est dû à plusieurs paramètres culturels, financiers mais aussi techniques car il n’a jamais été aussi facile de sortir un MVP (Minimum Viable Product) d’un produit qu’aujourd’hui et cela grâce aux API et aux plateforme No/Low codes. Selon CB Insights, le coût pour arriver à un MVP était de 350.000 dollars en 2005, contre… 4.000 dollars en 2011.

En effet les API permettent, en un temps record et un coût initial quasi nul, de se brancher et de bénéficier de services développés par des tiers experts dans leurs domaines et ayant déjà fait l’investissement financier et temporel nécessaire.

Les APIs sont a elles seules un formidable accélérateur, combinées à une bonne plateforme Low Code, la création de nouveaux produits, et par conséquent l’innovation, peut être poussée à son paroxysme.

Conclusion

Malgré des inconvénients importants, notamment l’irréversibilité, le low code est promis à un bel avenir. En effet d’après Gartner, d’ici 2024, 65% de l’activité de développement passera par les plateformes Low-Code et trois quart des grandes entreprises en utiliseront au moins quatre. Ces chiffres suffisent à eux même pour expliquer l’effervescence actuelle autour de ce sujet.

Références

  • https://www.gartner.com/doc/reprints?id=1-1ODORJW3&ct=190812&st=sb
  • https://www.softwaretestinghelp.com/low-code-development-platforms/
  • https://www.pega.com/fr/products/pega-platform/low-code-app-development
  • https://stackify.com/low-code-dev-platform/
  • https://business.lesechos.fr/entrepreneurs/actu/0211585434491-comment-le-boom-des-api-a-accelere-la-creation-de-start-up-303365.php

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *